Les séminaires du Cedefop de Bruxelles, organisés en coopération avec les présidences tournantes de l’Union européenne, sont devenus une tradition. Le 3ème de ces séminaires, qui s’est tenu le 26 juin 2017, était organisé avec la présidence maltaise et se centrait sur le thème et la prévention des faibles niveaux de compétences. Il a été suivi par plus de 50 représentations de l’UE, les institutions européennes et d’autres organisations basées à Bruxelles.

Le représentant du Comité de l’éducation maltais Jean Micallef Grimaud a ouvert la rencontre, soulignant la priorité politique accordé au problème durant la présidence maltaise.

Recherche d’un changement

Dans son mot de bienvenue, le directeur du Cedefop,James Calleja a souligné le rôle important joué par l’agence pour permettre la recherche -indispensable en appui- pour lutter contre ce défi. Selon Mr Calleja, la recherche est nécessaire pour améliorer la visibilité des éléments de réponse et par conséquent provoquer un changement politique.

Le responsable du Département pour l’apprentissage et l’employabilité du Cedefop, Antonio Ranieri a présenté une étude sur les coûts économiques et sociaux des adultes disposant de faibles compétences en Europe. Il a souligné que les adultes peu qualifiés sont beaucoup plus exposés aux expériences de non emploi et aux mauvaises conditions de travail que tout autre groupe de la population, avec le coût que cela implique pour les individus et la société au sens large. Le récent infléchissement du nombre de personnes peu qualifiées est en ralentissement, accentuant encore la nécessité de l’action politique.

Le responsable de la direction générale Emploi, Dana Bachman a donné un aperçu des initiatives européennes contre la faiblesse des qualifications avec un focus sur le déroulement du New skills agenda for Europe, adopté en 2016. Ms Bachman a réfléchi sur le besoin de poursuivre une stratégie à plusieurs pistes où la sensibilisation, l’orientation et d’autres activités de soutien permettent aux adultes d’améliorer leurs savoirs de base et/ou d’atteindre un niveau de qualification plus élevé.

Orientation et validation

L’expert du Cedefop, Pedro Moreno de Fonseca a souligné comment le conseil en orientation (guidance) pouvait être adapté sur mesure aux besoins des adultes peu qualifiés. S’appuyant sur des exemples nationaux, il a mis en évidence le besoin d’intervenir à un stade précoce, l’importance de la prévention plutôt que la remédiation et la recherche de coopération dans tous les secteurs et institutions. L’expert du Cedefop, Ernesto Villalba  a expliqué comment la validation de l’apprentissage non-formel et informel peut être utilisé pour aider à améliorer la qualification et soutenir directement les adultes peu qualifiés.

Dans la dernière table ronde, le directeur sur les politiques de qualification de la DG Emploi, Detlef Eckert  a commenté la nécessité d’augmenter la visibilité de ce défi particulier qui, en termes de nombre de citoyens concernés, est plus qu’inquiétant. Selon Mr Eckert,  pour réussir dans ce domaine, nous avons besoin de repenser comment utiliser les outils et instruments existants et comment assure les liens de coordination entre différents domaines et secteurs politiques. Le défi des faibles niveaux de qualification ne peut pas être réduit à une problématique d’éducation et de formation ; l’engagement des acteurs du monde du travail et de la politique sociale est aussi important.

Print Friendly, PDF & Email