Hidden Competences
Do we recognise the full impact of learning mobility on our societies and working life?

Helsinki 12 juin 2014

Le 12 juin dernier s’est tenue à Helsinki une conférence internationale sur les effets de la mobilité et des compétences que l’on y développait (programme de la conférence).

Le Centre pour la mobilité internationale (CIMO) et le groupe de réflexion Demos Finland Helsinki ont examiné comment les employeurs évaluent les compétences et les connaissances acquises grâce à des expériences internationales dans leur recrutement.

La recherche a révélé que les employeurs ne sont souvent pas en mesure de faire le lien entre les expériences internationales et les compétences réelles dont ils ont besoin pour leur entreprise. Les compétences sont cachées.

La conférence « Hidden Competences » s’est basée sur cette recherche et une nouvelle publication de la CIMO sortie en mai 2014, résumant les principales conclusions du projet de recherche (initialement publié en 2013 en finnois sous le titre de «osaaminen Piilotettu »).

Principaux résultats :

Les compétences et les connaissances qui résultent des expériences internationales sont le type de compétences dont le marché du travail a besoin pour être en mesure de relever les défis du futur.

Toutefois, en matière de recrutement, les employeurs semblent souvent incapables de reconnaître ces compétences. Elles sont cachées.

Même les employeurs «internationaux» ne sont pas nécessairement en mesure de donner du crédit à des compétences acquises grâce à des expériences internationales dans leurs processus de recrutement. Et les employeurs qui n’ont pas d’activités liées à l’international dans un sens traditionnel ne voient pas l’intérêt de ces compétences.


Conclusions

Nous devons rendre les compétences résultant des expériences internationales plus visibles.

Nous devons reconnaître l’éventail complet des résultats de l’apprentissage découlant de la mobilité internationale et les décrire mieux.

Nous devrions parler de résultats d’apprentissage plus larges qui couvrent d’autres compétences que les compétences linguistiques traditionnelles, les compétences interculturelles ou la tolérance. Ce concept plus large comprendra également des attributs tels que la productivité, la résilience et la curiosité.

Les perspectives à venir :

Le rapport invite tout le monde à travailler avec les apprentissages liés à la mobilité pour aider à rendre plus visible les compétences internationales. Les zones de développement suivantes ont été identifiées:
•    Les institutions et les autorités éducatives doivent s’engager dans un dialogue plus approfondi avec les employeurs afin de rendre les compétences cachées plus  visibles et comprises.
•    Les institutions et organismes éducatifs faisant la promotion de la mobilité doivent discuter de ses effets, les définir et les décrire afin que nous puissions présenter les compétences acquises grâce à des expériences internationales d’une manière qui parle aux employeurs et afin que nous puissions améliorer leur pertinence sur le marché du travail.
•    Les étudiants et les jeunes ont besoin d’outils et de conseils pour les aider à reconnaître leurs compétences cachées et les rendre visibles

Le rapport en anglais ‘Hidden Competences’ a été publié en mai 2014.

Si vous souhaitez plus d’informations, contactez :
Yvan COUALLIER, Euroguidance France, ycouallier@ac-lyon.fr

Juin 2014
Print Friendly