Auxiliaire de santé exerçant une profession paramédicale, l’orthoptiste prend en charge le dépistage, la rééducation et la réadaptation des troubles de la vision. Ce professionnel intervient dans le cadre de pathologies visuelles variées : le strabisme, l’amblyopie, la diplopie, la basse vision, les troubles neurologiques (troubles du champ visuel, troubles liés à la localisation dans l’espace ou à la reconnaissance des objets et des visages, vertiges, troubles vestibulaires, etc.).

Agissant sur prescription médicale, l’orthoptiste procède à une évaluation des capacités visuelles du patient. Pour ce faire, il utilise différents tests destinés à mesurer l’acuité visuelle, la tension des yeux ou la puissance des lunettes nécessaires.

En Belgique, cette profession a été réglementée par un arrêté Royal datant de Juillet 2017, modifié en février 2019 créant alors la profession d’orthoptiste-optométriste. 

La formation

Les études d’orthoptiste relèvent de l’enseignement supérieur paramédical de type court et mènent au diplôme de Bachelier en orthoptie. Cette formation est assurée par des Hautes écoles et comporte de nombreux  cours scientifiques notamment de la physique (anatomie, physiologie , physique et technologies optiques, réfraction, microbiologie et aseptie) ainsi que  des cours liés à la pharmacologie. Ils sont complétés par des cours de psychologie, de communication et de la déontologie. Les stages s’étendent sur 600h au moins.
On obtient en trois ans le diplôme de bachelier en orthoptie.

Les conditions d’accès au métier ont été fixées par l’Arrêté royal du 7 juillet 2017, modifié par celui 27 du février 2019 et requièrent un diplôme d’enseignement supérieur en orthoptie d’une durée de 180 ECTS minimum. Ce qui correspond au « Bachelier en orthoptie ».

L’exercice du métier nécessite par ailleurs d’être titulaire d’un agrément attribué par l’une des Communautés belges, ainsi que d’un visa délivré par le SPF Santé publique belge.

Les modalités d'admission
Afin d’intégrer le bachelier en orthoptie il faut être titulaire du CESS (diplôme de fin d’études secondaires belge) ou d’un équivalent européen.

A ce jour, le baccalauréat français n’est pas automatiquement équivalent au diplôme de l’enseignement secondaire belge. Il faut préalablement à l’inscription et le plus tôt possible (avant le 15 juillet), établir un dossier de demande d’équivalence.
http://www.equivalences.cfwb.be/accueil.asp

Cette filière n’est pas soumise au tirage au sort, mais il peut y avoir une sélection dans les Hautes écoles en raison de capacités limitées. L’idéal est de se rendre dans l’établissement lors des journées portes ouvertes pour bien se renseigner sur les modalités d’intégration.

L'exercice de la profession en France

Le diplôme de « Bachelier en orthoptie » entre dans le cadre de la Directive européenne qui régit la reconnaissance des qualifications européennes (DIRECTIVE 2005/36/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 7 septembre 2005).

S’adresser à la Direction Régionale de la Jeunesse, du Sport et de la Cohésion Sociale (D.R.J.S.C.S.) de votre région afin de demander le dossier de demande d’autorisation d’exercice en France. liste des DRJSCS en France sur www.drjscs.gouv.fr
Remplir le dossier et joindre un certain nombre de pièces justificatives (diplômes, programme des études suivies, attestations…).
Le dossier est étudié par une commission (4 mois d’attente maximum) qui peut donner plusieurs réponses

  • l’autorisation d’exercer en France
  • l’obligation pour le demandeur de subir des mesures de compensation avant d’obtenir l’autorisation d’exercer. Le candidat peut choisir de passer une épreuve d’aptitude ou suivre un stage

Cette procédure est gratuite.

Il conviendra ensuite de se rapprocher de l’Agence Régionale de Santé (A.R.S.) pour s’inscrire sur le registre ADELI qui rescense tous les professionnels de santé médicaux et para-médicaux.
Liste des ARS : www.ars.sante.fr

Les établissements

Les études d’orthoptiste sont enseignées sur 3 sites en Wallonie et à Bruxelles.

– la Haute Ecole Libre de Bruxelles, Ilya Prigogine, sur le campus Erasme, à Anderlecht
– la Haute Ecole de la Province de Liège, (HEPL) associée à la Haute Ecole de la ville de Liège (HEL)
– la Haute Ecole Leonard de Vinci, site du Parnasse, à Bruxelles
Attention, certaines formations d’optométrie pré-existaient avant la parution de l’Arrêté Royal mais ne permettaient pas d’exercer la profession d’orthoptiste. Il faut se montrer vigilant pour choisir une école permettant d’accéder à la profession d’orthoptiste car elle est règlementée.

Pour plus d'informations

Association belge d’orthoptie (ABO) :  lien vers le site de l’ABO
Un nouvel Arrêté Royal du 27 février 2019 fusionne les professions d’orthoptistes et d’optométristes sous le titre d’orthoptiste-optométriste : lien