Cette rubrique concerne les études médicales en Belgique en Wallonie et à Bruxelles uniquement (Belgique francophone).

Les études de médecine en Belgique s’étendent d’abord sur 6 années puis se prolongent par un master de spécialisation obligatoire que l’on intègre après sélection sur concours.
Le décret en vigueur sur les études de médecine et sciences dentaires est celui de mars 2017.
-> lien de téléchargement du décret

Concernant la démarche d’inscription, il faut bien distinguer :
La demande d’équivalence du Baccalauréat sur le site www.equivalences.cfwb.be
Il est possible, à titre dérogatoire, d’attendre les résultats à l’examen d’entrée en médecine pour envoyer le dossier de demande d’équivalence dans les 5 jours qui suivent le résultat à l’examen. Dans ce cas, il faut joindre  au dossier de demande d’équivalence l’original de l’attestation de réussite ainsi qu’une lettre demandant la dérogation pour cause d’examen d’admission.
–> A partir de 2023 :
l’examen d’entrée organisé en médecine et dentisterie en Fédération Wallonie-Bruxelles est remplacé par un concours. Pour être admis, les candidat·es seront classé·es dans l’ordre décroissant de la moyenne des points obtenus aux épreuves et seront sélectionné.es jusqu’à atteindre le nombre d’admissibles fixé chaque année. Parmi les lauréats, les « non-résidents » belges restent soumis à un quota limitant à 15% maximum le nombre d’admis dans l’effectif.
Contrairement à l’examen d’entrée et d’accès qui pouvait être organisé 2 fois par an, le concours ne sera organisé qu’une seule fois par an entre le 16 et le 31 aout (date 2023 à définir). Le concours aura lieu au même moment et au même endroit pour tout·es les candidat·es.

1/ Le passage d’un concours avant la rentrée  -> lien

2/ L’inscription à l’Université dans le cas de la réussite à l’examen et dans la limite de 15% des places pour les non-résidents. Il n’y a pas de tirage au sort, les étudiants non-résidents belges ayant le mieux réussi cet examen peuvent s’inscrire dans cette limite de places.
La démarche d’inscription sous-entend la parfaite maîtrise de la langue d’enseignement qu’il faut attester dans le cas où la scolarité au lycée aurait été suivie dans une autre langue que le français.

Conditions de « finançabilité » pour se porter candidat :
-> Un étudiant ayant validé son année de PASS ou de LAS mais non accepté en 2ème année de médecine en France ne peut pas s’inscrire directement en 2ème année de médecine en Belgique.
-> Un étudiant ayant déjà été inscrit une seule année en PASS ou LAS peut se présenter à l’examen d’entrée en 1ère année de médecine en Belgique (sous condition de figurer parmi les 15% d’étudiants non-résidents ayant le mieux réussi l’examen d’entrée), mais il lui faudra réussir son année et accéder au 2ème bloc. Si ce n’était pas le cas, il pourrait être considéré comme « non finançable » et sa poursuite d’études en Belgique serait soumise à l’obtention d’une dérogation.

Pour comprendre les règles de finançabilité, se reporter à la page : étudier en Belgique.

Formation

Les études de médecine en Belgique durent de 9 à 12 ans. Elles débutent par deux cycles universitaires de 3 ans (bachelier et master), soit une formation de base sur 6 ans. S’ensuit alors un cycle de spécialisation qui dure au moins 3 ans – ex : médecine générale – et au plus 6 ans – ex : chirurgie ou cardiologie.
L’admission en master de spécialisation est soumise à un concours et des épreuves d’admission.

Chaque semestre (« quadrimestre » en Belgique), les étudiants passent des examens afin de valider leurs connaissances. A la fin de la 1ère année, le passage dans l’année supérieure est soumis à l’obtention de la moyenne (10/20). Remarque : pour pouvoir s’inscrire ou poursuivre ses études en Belgique, l’étudiant doit être considéré comme « finançable », cela dépend de son niveau de réussite.

Admissions et inscriptions

Quelles que soit la filière, pour pouvoir s’inscrire dans l’enseignement supérieur en Belgique, il faut déposer une demande de reconnaissance du baccalauréat français en équivalent belge (CESS). Cette démarche administrative est déjà mentionnée en introduction.
Toutes les informations sur cette procédure figure sur le site : www.equivalences.cfwb.be

Pour pouvoir s’inscrire en médecine, il faut aussi réussir un concours d’entrée.

Concours d’entrée en médecine et dentisterie
Il s’agit d’une épreuve écrite en 2 parties :
– Connaissance et compréhension des matières scientifiques (biologie, physique, chimie, mathématiques),
– Communication et analyse critique de l’information (raisonnement et analyse critique, communication, réflexion éthique, empathie).

Pour connaître le programme du concours et s’entraîner
Les Universités assurent des préparations à distance ou en présentiel (cf : les sites des universités indiquées ci-dessous).
Date du concours : entre le 16 et le 31 août 2023 (sera précisé ultérieurement).
Lieu : centralisé sur un site unique (sera précisé ultérieurement).
Modalités d’inscription : en ligne (dates qui seront précisées ultérieurement).
S’inscrire et s’informer-sur le site de l’ARES -> lien
A l’inscription, l’étudiant indique l’Université pour laquelle il est candidat et la filière choisie (médecine ou dentaire).
Consulter la circulaire officielle de l’examen

La limitation par concours vise à faire correspondre le nombre de numéros Inami délivrés, -indispensables pour exercer (et accéder aux stages)- au nombre de praticiens attendus sur le marché du travail. Chaque université francophone belge se voit attribuer un quota de places auxquelles accèdent les étudiants s’ils ont réussi l’examen. La réussite au concours prévaut pour l’année qui suit uniquement. Les étudiants peuvent passer ce concours 2 années seulement sur une période de 5 ans. Pour le réussir, il faut avoir obtenu une moyenne de 10/20  minimum à chacune des 2 parties  et au moins 8/20 à chaque sous-épreuve. Les résultats sont communiqués 3 jours plus tard et une attestation de réussite est délivrée dans les 10 jours pour pouvoir valider l’inscription.

Par décret, la Belgique a régulé le nombre d’étudiants non résidents dans certains cursus de l’enseignement supérieur (dont les études de médecine). Ce décret vise les étudiants qui s’inscrivent pour la 1ère fois dans certaines disciplines d’études en Communauté française. Il stipule qu’il ne peut pas y avoir plus de 15% de non-résidents par rapport à la capacité totale des places disponibles. Si le quota maximum de 15% d’étudiants non-résidents ayant réussi l’examen est atteint, ceux-ci seront classés dans l’ordre décroissant sur base de la note moyenne obtenue à l’examen. Seuls les étudiants classés en ordre utile obtiendront leur attestation de réussite  et pourront s’inscrire en faculté de médecine ou dentisterie, selon le choix préalable.

Attention : Il n’est pas possible de passer ce concours d’entrée et de déposer un dossier pour une autre filière contingentée (logopédie, masso-kinésithérapie, audiologie, sciences vétérinaires) la même année. Dans un tel cas, la candidature du candidat serait annulée.

La formation

Le 1er quadrimestre de l’année 1 (Q1) se consacre à l’acquisition des connaissances fondamentales avec 3 modules de sciences fondamentales (biologie, physique, chimie) ainsi qu’un cours de démarche scientifique et de premiers secours. Le 2ème quadrimestre (Q2) est consacré à l’acquisition des sciences de base, des concepts précliniques avec des cours biomédicaux (biochimie, histologie, anatomie, physiologie) ainsi que des cours transversaux (santé et société) renforcés par des séminaires d’intégration des matières en groupes (schématisation des concepts à partir de situations cliniques avec présentations). Du quadrimestre 3 à 5, l’étude porte sur l’Homme normal et les principes généraux de pathologie sur les compétences précliniques (cours théoriques et travaux pratiques). Les quadrimestres 6 à 12 se centrent sur les pathologies et l’Homme malade (enseignement, stages hospitaliers, TP et séminaires dès le Q6). A partir du Q10, la formation se focalise sur le malade (stages obligatoires et stages choisis en vue de la spécialité).

Les établissements de formation

Cinq facultés organisent les 3 premières années de bachelier en médecine (BA1, BA2, BA3)

• Université de Mons (UMons)
• Université de Namur (UNamur)
• Université de Liège (ULg)
• Université catholique de Louvain (UCL)
• Université libre de Bruxelles (ULB)

La poursuite en deuxième cycle n’est organisée que par trois facultés : l’UCL (Louvain), L’ULg (Liège) et l’ULB (Bruxelles). Donc, si l’on commence des études de bachelier à l’UNamur ou à l’UMons, il faut ensuite déménager.

Le choix des spécialités après la 6ème année est sélectif, se référer au site des facultés de médecine à ce sujet.

L’exercice de la profession en France

S’inscrire auprès du Conseil de l’Ordre : www.conseil-national.medecin.fr