Il existe deux voies de formations menant à deux fonctions différentes pour devenir infirmier en Belgique :

  • les études d’infirmier breveté ou hospitalier, dans la poursuite de l’enseignement secondaire
  • les études d’infirmier bachelier ou gradué, intégrées à l’enseignement supérieur

Dans l’exercice de leur fonction, les tâches de ces deux catégories d’infirmiers sont en principe différenciées : l’infirmier breveté ayant vocation à une prise en charge globale du patient et l’infirmier bachelier ayant plus facilement accès à des spécialisations et davantage de responsabilité après expérience.

 

La formation
Les études durent soit 3 ans 1/2 pour l’infirmier breveté ou 4 ans pour l’infirmier bachelier +hors spécialisations (1 à 2 ans).

Le Brevet d’infirmier hospitalier

La formation au brevet d’infirmier hospitalier alterne d’emblée cours et stages pendant 3 ans et s’achève sur 6 mois de stages continus.  La formation est donc d’emblée très pratique. Attention cependant : dans le cas d’une matière au programme de formation non validée, l’année doit être repassée en intégralité.
Après la 1ère année réussie du Brevet et sous certaines conditions, il est possible d’obtenir le Certificat d’Enseignement Secondaire Supérieur (CESS) pour ceux qui ne l’avaient pas au départ (le CESS est le diplôme de fin d’études secondaires, correspondant au niveau IV -baccalauréat- en France).
Quelques spécialisations seulement sont possibles après le Brevet dans les domaines de la gériatrie, de la santé mentale et psychiatrie, des soins de plaies ou soins palliatifs, de la diabétologie, et de l’évaluation et traitement de la douleur.

En formation continue, cette formation s’étale sur 5 ans,  les cours sont organisés sur deux jours et demi par semaine. Les semaines de cours sont toujours planifiées en alternance avec les semaines de stage. Il n’y a qu’un seul établissement de formation : l’école des femmes prévoyantes socialistes de Liège.

Remarque : il est possible d’accéder au diplôme de Bachelier en soins infirmiers avec le Brevet d’infirmier hospitalier par une passerelle de formation s’étalant sur 3 ans.

Le diplôme de bachelier en soins infirmiers

Depuis la rentrée 2016, le diplôme de Bachelier en soins infirmiers est obtenu après 4 ans d’études dans l’enseignement supérieur paramédical. Il s’agit d’un enseignement de type court et professionnalisant proposé dans les Hautes Ecoles de la communauté française de Belgique. Ce diplôme peut être suivi d’une spécialisation en Haute école, à l’université ou par la promotion sociale (formation continue).
Après la 1ère année, il est possible d’obtenir le brevet d’aide-soignant.

Des spécialisations nombreuses existent après un bachelier en soins infirmiers en 1 an, parfois 2 :
Art thérapie,  gériatrie et psychogériatrie,  anesthésie, oncologie, pédiatrie, radiothérapie et imagerie médicale, réadaptation, salle d’opération, santé communautaire, santé mentale et psychiatrie, soins intensifs et aide médicale urgente, psychomotricité. Mais aussi : stérilisation, soins infirmiers esthétiques, santé publique, cadre de santé…

Comme il n’existe pas de bourses nationales pour les études d’infirmier en France mais des bourses régionales, elles ne sont pas proposées aux étudiants qui effectuent leurs études en Belgique, sauf dans l’éventualité d’un programme de mobilité inter-établissements d’une durée limitée. 

Les conditions et modalités d'admission

La formation d’infirmier breveté 

Pour accéder à la formation d’infirmier breveté, il faut présenter un diplôme de fin d’études secondaires.
Pour un diplôme étranger, il faut qu’il soit reconnu par le service des équivalences du ministère -c’est le cas des bacs généraux et technologiques et de nombreux  bac pro (exceptés les bacs pro : SPVL, SAPAT, Services Accueil, SEN). Un diplôme d’aide-soignant ou tout autre titre conforme à l’Arrêté du Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles du 06/03/1995 est accepté.

Au cas où le candidat ne dispose d’aucun de ces titres, il peut présenter un examen d’admission aux études secondaires complémentaires d’infirmier breveté (jury paramédical A2). Pour tout renseignement sur les conditions d’inscription et le programme de ces épreuves, adressez-vous au Jury paramédical de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Point important : il y a 2 voies d’accès au brevet d’infirmier hospitalier :

  • Avant le CESS (avant le bac) : la formation relève de l’enseignement secondaire et correspond à la section nursing (auxiliaire polyvalent, aide-familial, aide-soignant). Jusqu’alors, cela donne accès à la profession d’aide-soignant en France mais pas d’infirmier. Sinon, il faut suivre un module de 160h de formation au mois d’août à la Cobeff* et valider une 6ème professionnelle (CE6P) permettant de s’inscrire à l’école d’infirmier hospitalier. (*Cobeff, rue Philomène 39, 1030 Schaerbeek, tél : +32-(0)2 250 35 60)
  • Après le CESS (après le bac) : il relève de l’enseignement professionnel complémentaire et correspond à la section soins infirmiers. Il donne accès à la profession d’infirmier en France.

Selon les établissements de formation, les conditions d’admission peuvent sensiblement varier. Mieux vaut s’informer directement auprès d’eux pour en connaître les modalités spécifiques (cf : liste des établissements ci-dessous)

La formation en Haute école de bachelier en soins infirmiers

Pour accéder aux Hautes écoles, il faut avoir obtenu le CESS en Belgique ou un titre reconnu équivalent (baccalauréat).
Si l’on ne dispose pas d’un diplôme de fin d’études secondaires, il est possible de passer un examen d’accès appelé « jury paramédical A1 » organisé par la communauté française de Belgique. Il faut bien préparer cet examen. On peut le faire à distance avec l’EAD* (enseignement à distance) ou en suivant une année de cours préparatoire dans une Haute école.
* EAD de la Communauté française : rue Adolphe Lavallée, 1, 1080 Bruxelles, tél : +32(0)2 690 82 82

L’admission n’est pas de droit : chaque école offre un nombre limité de places.
Se renseigner dès le premier trimestre auprès des écoles et se rendre aux journées portes ouvertes au printemps pour établir un contact direct.

A ce jour, le baccalauréat français n’est pas automatiquement équivalent au diplôme de l’enseignement secondaire belge. Il faut préalablement à l’inscription et le plus tôt possible (avant le 15 juillet), établir un dossier de demande d’équivalence : http://www.equivalences.cfwb.be/accueil.asp

L'exercice de la profession en France

La profession d’infirmier est strictement règlementée. Les diplômes européens autorisés pour l’exercer sont mentionnés dans l’Arrêté du 10 juin 2004. Les diplômes belges de Brevet d’infirmier hospitalier et de Bachelier d’infirmier gradué y figurent. Il est important de vérifier que la formation en soins infirmiers  permet la délivrance d’une attestation de conformité. Cette attestation est accordée par le ministère belge de la santé sur demande accompagnée d’un dossier au service suivant :

Ministère belge, Service public fédéral de la santé publique
Service des professions de santé
Place Victor Horta, 40 – boîte10
1060 Saint-Gilles – Belgique
www.health.belgium.be

A la fin des études, l’infirmier muni de l’attestation de conformité doit d’abord s’inscrire à l’ordre départemental des infirmiers avec un formulaire complété, une pièce d’identité, son diplôme et son attestation de conformité européenne, un extrait de casier judiciaire). Puis, il pourra se présenter à l’Agence Régionale de Santé (A.R.S.) pour s’inscrire sur le registre ADELI qui recense tous les professionnels de santé médicaux et para-médicaux.

Les établissements de formation

La formation d’infirmier breveté (niveau secondaire) :

La formation en Haute école de bachelier en soins infirmiers (enseignement supérieur) :

Plus d'informations

www.dorifor.be : trouver une formation à Bruxelles
www.devenirinfirmier.be : informations sur la profession d’infirmier en Belgique
www.enseignement.be : informations sur les examens type « jurys »
www.cediep.be : pour connaître les dates des journées portes ouvertes
www.enseignement.be : site d’information sur les études en communauté française
www.sante.gouv.fr : ministère de la santé en France
www.ordre-infirmiers.fr : site du conseil de l’Ordre des infirmiers
www.ars.sante.fr : agence régionale de la santé (ARS)
www.health.belgium.be : service fédéral de la santé publique, demande d’attestation de conformité

FAQ

Je suis française et je vais entrer dans une Haute Ecole belge pour suivre des études d’infirmier.
Puis-je prétendre à une bourse d’étude ?

Selon vos ressources ou celles de vos parents, vous pouvez peut-être prétendre à une réduction des frais de scolarité. Pour cela, il faut contacter le service d’inscription de l’école. Sachez qu’il n’y a pas d’allocation logement en Belgique pour les étudiants et la Caisse d’allocations familiales en France n’attribue pas d’allocation pour un logement loué en dehors du territoire national.
Côté français, la plupart des bourses du secteur sanitaire* et social** relèvent de la Région. C’est donc auprès de la Région où vous êtes domicilié qu’il convient de s’enquérir d’abord de la règle appliquée pour l’octroi des bourses. Pour exemple, la Région Nord-Pas-de-Calais n’attribue pas de bourses pour les étudiants de ces secteurs  qui vont se former en Belgique.  Sinon, vous pouvez interpeler également d’autres collectivités territoriales (Département, Commune) afin de présenter votre situation. Si vos parents travaillent dans des entreprises disposant de fonds d’aide sociaux, vous pouvez également les solliciter. Certaines institutions ou grandes entreprises accordent aussi des bourses d’étude ainsi que des fondations privées qui encouragent les projets ou les vocations. Enfin, il reste la possibilité de travailler de façon temporaire (soir, vacances ou week-end) en évitant de dépasser 15h par semaine au risque de compromettre vos chances de réussite.  Si besoin, vous pouvez faire le tour des organismes bancaires afin de solliciter un prêt complémentaire à un taux concurrentiel.
Si votre situation sociale est délicate, rencontrez un assistant de service social (dans votre commune, votre circonscription ou au CROUS) pour trouver la solution la plus adéquate.

* formations sanitaires dont les bourses sont rattachées à la Région : auxiliaire de puériculture, aide-soignant, infirmier, pédicure-podologue, masseur-kinésithérapeute, ergothérapeute, psychomotricien, sage-femme, ambulancier)
** formations sociales dont les bourses sont rattachées aux Régions : assistant de service social, éducateur spécialisé, conseiller en économie sociale et familiale, éducateur de jeunes enfants, technicien de l’intervention sociale et familiale, moniteur éducateur) 

 

EGL0118

 

Print Friendly, PDF & Email