COVID-19 : la révolution de l’internationalisation en panne

Traduction de l’article « Covid-19 : The internationalisation revolution that isn’t », University World News, 14 mars 2020, Auteurs : Philip G Altbach and Hans de Wit – lien

La crise du coronavirus bouleverse l’enseignement supérieur – ainsi que les économies et la vie de millions de personnes dans le monde. Des universités ont été fermées, l’enseignement a été interrompu ou mis en ligne. Des conférences ont été annulées. En ce qui concerne l’enseignement supérieur international, les étudiants concernés n’ont pas pu passer d’examens et les étudiants étrangers n’ont pas pu se rendre sur leur campus ou rentrer chez eux. Les programmes d’études à l’étranger ont également été stoppés.
Les membres du corps enseignant ont été priés de ne pas se rendre dans les pays concernés ou d’éviter complètement les voyages à l’étranger.
Les implications et les désagréments immédiats sont susceptibles d’augmenter à mesure que le coronavirus se répand dans un plus grand nombre de pays et touche un plus grand nombre de personnes.

Quelles seront les implications à moyen et long terme de la crise du coronavirus ? En gros, pas grand-chose ! Certains collègues voient un impact positif incident sur l’enseignement supérieur, en particulier sur l’augmentation de l’enseignement et de l’apprentissage en ligne et la réduction de l’empreinte carbone qui en découle, et sur une politique de recrutement des étudiants internationaux plus diversifiée, réduisant la dépendance à l’égard d’un ou deux grands pays, notamment la Chine. Nous craignons que les réalités et les tendances évidentes dans l’enseignement supérieur international ne se maintiennent et que l’enseignement supérieur ne revienne rapidement à la normale – mais peut-être avec une stabilité financière encore moindre que ce n’est le cas actuellement dans de nombreux pays et établissements.

1- Mobilité

Il ne fait aucun doute que la mobilité diminuera pendant environ un an, avec une baisse de la mobilité mondiale des étudiants et des implications particulières pour le nombre d’étudiants venant de Chine vers le reste du monde. Ce déclin temporaire accompagne la fin du boom étudiant chinois des deux dernières décennies. Il est donc probable qu’il y aura un déclin temporaire important et une diminution plus modeste à plus long terme, bien que la Chine reste le plus grand pays d’envoi dans un avenir probable. Après la fin de la crise du coronavirus, il pourrait y avoir une restructuration des schémas de mobilité. Au fil du temps, les modèles et les flux d’étudiants étrangers ont changé. À une certaine époque, l’Iran était l’un des principaux pays d’envoi – il ne joue plus un grand rôle. Les flux du Brésil et de l’Arabie saoudite ont diminué, tandis que ceux du Vietnam et, dans une certaine mesure, de l’Inde ont augmenté. Les futures augmentations viendront d’Afrique – principalement du Nigeria et du Kenya.
Nous avons déjà vu les principales destinations glisser modestement de l’Europe, de l’Amérique du Nord et de l’Australie pour s’orienter vers l’Asie et le Moyen-Orient. Nous pensons que les chiffres globaux n’augmenteront pas rapidement et pourraient bien diminuer quelque peu, et que les destinations préférées pourraient changer. Les États-Unis, de plus en plus considérés comme peu accueillants, vont probablement décliner. Mais le schéma traditionnel des études internationales se poursuivra.

2- Dépendance financière à l’égard des étudiants étrangers

Certains pays d’accueil, notamment l’Australie et dans une moindre mesure le Royaume-Uni et certaines Universités et Colleges peu prestigieux aux États-Unis sont devenus dépendants des frais de scolarité des étudiants étrangers, qui participent largement à leur survie financière. Après tout, l’éducation internationale est une industrie estimée à 300 milliards de dollars dans le monde. La crise du coronavirus montre que cette dépendance est profondément problématique : il est probable que les établissements qui dépendent de ces revenus seront confrontés à des problèmes importants. La crise pourrait montrer que le fait de considérer l’éducation internationale comme un générateur de revenus n’est pas souhaitable à bien des égards et il faut l’espérer. En effet, si tel n’était pas le cas, les gouvernements et les établissements universitaires pourraient alors redoubler d’efforts dans leur recrutement.

3- Impact de la technologie sur la mobilité ?

De nombreuses universités passent désormais par l’enseignement à distance puisque les campus ont été fermés dans de nombreux endroits et que des expériences positives ont été signalées ici et là. Il est en effet impressionnant de constater la rapidité avec laquelle les universités ont transféré la totalité ou une partie importante de leurs cours sur internet. Mais nous sommes quelque peu sceptiques quant à la qualité de l’offre et à la satisfaction des étudiants face à cette nouvelle situation. La plupart des membres du corps enseignant dans le monde ne sont pas formés pour offrir des cours à distance, ne disposent pas de la technologie sophistiquée nécessaire à un enseignement et un apprentissage de haute qualité et n’ont pas adapté leurs programmes d’études au web.
Nous savons par expérience avec notre master en enseignement supérieur international au Boston College à quel point il est difficile de créer un environnement de classe interactif et efficace en ligne en raison des limites de la technologie et du manque d’expérience et d’équipement approprié pour les étudiants et le personnel. Il y a de nombreux aspects et modalités à prendre en compte : enseignement asynchronisé ou synchronisé, comment gérer efficacement les discussions de groupe en ligne et comment organiser les devoirs et les examens en ligne. Ce ne sont là que quelques-unes des questions qui requièrent une attention particulière.
Bien sûr, un apprentissage et un enseignement en ligne efficaces sont possibles, mais cela demande du temps et d’apporter un soutien. Apporter ces changements rapidement est l’assurance d’une qualité médiocre. Et la qualité baisse encore plus si de nombreux étudiants ne disposent pas d’un équipement suffisant chez eux, d’une mauvaise connexion internet ou de la difficulté à s’isoler pour travailler, par exemple. N’idéalisons donc pas le passage actuel à l’Internet !
Certains ont fait valoir que les études universitaires proposées aux étudiants étrangers pourraient de plus en plus se dérouler entièrement en ligne. Ce phénomène a déjà été prédit et n’a connu qu’un succès modeste dans le domaine de la formation continue. Il est beaucoup plus probable que les étudiants internationaux, pour la plupart, continueront à préférer l’expérience d’une mobilité d’études dans un autre pays, notamment parce que beaucoup d’entre eux cherchent un emploi à l’étranger, temporaire ou permanent, à la suite de leurs études.

4- L’impact sur les études à l’étranger

Des milliers d’étudiants d’Amérique du Nord et d’Europe qui participaient à des programmes d’études à l’étranger soigneusement préparés, d’une durée d’un semestre ou moins, ont été rappelés chez eux. Bien qu’ils soient temporairement problématiques à bien des égards, il est peu probable que ces programmes connaissent un déclin à long terme. Il est plus plausible que la tendance à des périodes de mobilité plus courtes (moins de huit semaines) et à la dépendance à l’égard de pays « sûrs » s’accentuera. Comme nous l’avons vu, la France et l’Espagne ont rapidement retrouvé leur statut privilégié après les attaques terroristes dont elles ont été victimes et il en sera de même pour l’Italie.

5- Planification stratégique

Il ne fait aucun doute que la crise du coronavirus est un problème grave pour les sociétés, les individus et l’enseignement supérieur. Mais la crise finira par passer et, au moins dans les domaines de l’internationalisation de l’enseignement supérieur, le statu quo prévaudra largement.
L’internationalisation et la diffusion de contenus en ligne posent de nombreux et sérieux problèmes. Parmi les plus importants : la dépendance majeure de certains pays vis-à-vis des frais d’inscription des étudiants étrangers, l’empreinte carbone de la mobilité, les critères de qualité, l’instabilité de la mobilité. Mais il y en a d’autres encore.

Les universités du monde entier font un travail impressionnant dans la gestion de cette crise et dans des circonstances difficiles, mais savoir tirer des leçons sur le long terme et établir une planification stratégique efficace n’ont pas été le fort de la communauté universitaire jusqu’ici.

La crise actuelle servira-t-elle de signal d’alarme ?

 

Philip G Altbach est directeur fondateur et professeur de recherche (e-mail : altbach@bc.edu) et Hans de Wit est directeur et professeur (e-mail : dewitj@bc.edu) au Center for International Higher Education, Boston College, États-Unis.